Prendre rendez-vous en ligneDoctolib

La scoliose

La scoliose fait parti des troubles de la statique du rachis. Elle est caractérisée par une déviation permanente de la colonne vertébrale dans les 3 plans de l’espace.

Elle survient principalement au cours de l’enfance et de l’adolescence et touche de manière préférentielle le sexe féminin. Elle entraîne le plus souvent l’apparition d’une courbure gauche ou droite d’un ou plusieurs étages du rachis. Elle peut se compliquer d’une deuxième courbure compensatrice que le sujet crée afin de réaligner sont regard avec l’horizontal.

On trouve alors une partie concave dans laquelle les tissus mous (muscles, fascias, ligaments et capsules articulaires) sont raccourcis, tendus et rigides, et une partie convexe dans laquelle les tissus mous se trouvent allongés, étirés. Cette différence d’état des tissus mous peut être à l’origine de l’apparition de douleurs, ou de compensations dans d’autres endroits du corps.

La plupart du temps aucune cause ne permet d’expliquer la survenue d’une scoliose. Il existe une forme génétique dans laquelle d’autres membres de la famille seront atteints, il existe aussi des formes dites « secondaires » qui sont la conséquence de pathologies sous-jacentes qu’il convient de diagnostiquer, mais la plus grande part des scolioses sont dites « idiopathiques », c’est-à-dire sans cause connue.

Au cours de l’adolescence les vertèbres peuvent être fragilisées entre 14 et 16 ans par l’apparition de points d’ossifications complémentaires. Ces contraintes sont associées à l’inadéquation entre la croissance osseuse et la raideur naturelle des muscles du dos et des ischio-jambiers qui n’ont pas encore adaptés leur longueur à celle de leur support osseux.

De la même manière des troubles de la posture, matérialisés notamment par des déviations des chevilles et des genoux, ou encore un bassin en position de rétroversion ou d’antéversion trop marquées, peuvent être à l’origine de compensations, de douleurs, et de l’installation d’un terrain propice à la scoliose.

La plupart du temps bénigne, il arrive parfois que la scoliose puisse s’aggraver au cours de la croissance pour atteindre des formes plus marquées qui nécessitent le recours à des méthodes de contention comme le corset, voir à la chirurgie pour les cas les plus sévères. Il arrive très souvent que le diagnostic soit fait de manière très tardive, en fin d’adolescence, ce qui explique le constat d’une scoliose d’emblée importante. Afin d’éviter cela il est conseillé d’examiner le dos des enfants au moins une fois par an.

Lorsqu’une scoliose idiopathique est décelée:

  • Des examens radiologiques sont conseillés afin de quantifier exactement le degré d’évolution de la pathologie,
  • Un suivi bi-annuel permet d’évaluer l’évolution au cours du temps,
  • La pratique d’une activité sportive est conseillée afin de renforcer le dos,
  • Une prise en charge des troubles de la posture et des restrictions de mobilité est conseillée afin de rééquilibrer la posture et corriger les compensations,
  • La mise en place d’exercices adaptés et de stratégies de mouvement plus efficaces sont conseillées afin de rééquilibrer.