Le mal de dos: chronique vs inflammatoire

ostéopathie, mal de dos, chronique, le luc, le cannet des maures

La colonne vertébrale est la charpente du corps, elle fait le lien entre la tête et le bassin. Elle est composée de 3 courbures (cervicale, dorsale et lombaire) qui peuvent être amenée à faire souffrir. D’après les statistiques, 8 personnes sur 10 seront un jour amenées à souffrir du dos, soit 80% de la population. 1 personne sur 5 vit avec un mal de dos depuis au moins 3 mois. Ces chiffres montrent qu’il est très fréquent de nos jours de souffrir du dos, c’est pour cette raison que le mal de dos se nomme « mal du siècle ».

40344

D’où vient-il ?

Le mal de dos à une origine dite « pluri-factorielle », c’est-à-dire qu’un seul facteur ne suffit pas pour le déclencher, c’est en regroupant plusieurs facteurs qu’il apparaît, parfois de manière lente, d’autre fois de manière plus brutale. Il existe cependant deux origines principales de mal de dos à l’intérieur desquelles nous pouvons introduire toutes les autres causes, ce sont les origines dites « mécanique » et « inflammatoire ». En effet, selon l’origine le mal de dos peut avoir des causes totalement différentes et qui demandent des traitements spécifiques.

I/ Le mal de dos de type mécanique

C’est le plus fréquent, il peut toucher n’importe quelle partie du dos, de façon chronique ou de façon aiguë. Il est décrit comme une douleur lancinante ou vive qui la plupart du temps augmente avec l’activité physique et diminue avec le repos. Ce type de mal de dos peut, selon la localisation et l’intensité de la douleur, avoir un impact plus ou moins important dans tous les aspects de la vie. Le mal de dos mécanique peut être la conséquence de mauvaises positions adoptées au quotidien, d’efforts physiques brutaux ou répétés, d’un mauvais équilibre postural ou encore de traumatismes plus ou moins importants.

mal-bas-du-dosLes caractéristiques du mal de dos mécanique:

  • Survient à tout âge
  • La douleur n’est pas associée à des raideurs matinales, ou lorsque c’est le cas elles durent moins de 30 minutes.
  • Les symptômes s’atténuent avec le repos.
  • La douleur apparaît et augmente avec l’activité physique.
  • Elle est décrite comme une « douleur lancinante » ou « vive ».

 

Il existe de nombreuses manières de soulager ce type de mal de dos, la première étape étant la compréhension de sa cause. En pratique le mal de dos mécanique est la plupart du temps dit « fonctionnel », c’est-à-dire qu’aucune cause n’est vraiment diagnostiquée par les examens complémentaires, il s’agit alors le plus souvent de restrictions de mobilité ou encore d’un manque de muscles au niveau du dos. Ce sont par exemple les lombalgies ou le lumbago. Le traitement médical consiste alors à donner des antalgiques afin de faire patienter jusqu’à que la douleur disparaisse. Dans d’autre cas la douleur mécanique à pour origine une lésion réelle visible aux examens complémentaires, on peut trouver une hernie discale, un disque tassé ou encore de l’arthrose. A part dans certains cas très avancés ou un traitement plus lourd peut être proposé, le principe est sensiblement le même, on chercher à réduire la douleur durant le temps de la crise.

Dans tous les cas cités il s’agit d’un dérangement au niveau de la mécanique de la colonne vertébrale qu’il faut corriger. L’ostéopathie est totalement indiquée dans cette problématique puisqu’elle examine le corps à la recherche des restrictions de mobilité susceptibles de perturber sa mécanique. Une fois les restrictions de mobilité diagnostiquées, le traitement vise alors à les corriger et ainsi à rendre à l’organisme toutes ses capacités fonctionnelles, les mouvements sont facilités, la douleur s’estompe. Au delà du soulagement de la douleur qui est l’objectif principal du traitement ostéopathique, celui-ci permet bien souvent de mettre le doigt sur la cause de la douleur mécanique qu’il tente de modifier, à la différence de la prescription d’antalgiques qui ne font que faire patienter en attendant que le corps parvienne à s’adapter.

II/ Le mal de dos de type inflammatoire

Le mal de dos inflammatoire est beaucoup moins fréquent que le précédent mais il est très facile de confondre les deux. Le mal de dos inflammatoire est différent car la cause n’est plus le désordre de type mécanique, mais est secondaire à un processus pathologique en cours et parfois plus important que le désordre mécanique en question.

Les caractéristiques du mal de dos inflammatoire:

  • Une apparition progressive de la douleur.
  • Des symptômes qui s’améliorent avec l’activité.
  • Une douleur qui ne s’améliore pas avec le repos.
  • Des douleurs nocturnes susceptibles de réveiller en deuxième partie de nuit.
  • Des raideurs matinales qui durent plus de 30 minutes.

Différentes pathologies sont susceptibles de causer un mal de dos inflammatoire (infections, lésions secondaires à une tumeur, les discopathies inflammatoires, des rhumatismes inflammatoires…). Le traitement du mal de dos inflammatoire dépend de sa cause. Le traitement ostéopathique ne constitue pas une contre-indication dans le cas du mal de dos de type inflammatoire, mais la prise d’un avis médical est plus urgente. Une fois le diagnostic médical posé, l’ostéopathe peut accompagner le traitement proposé par le médecin et ainsi devenir complémentaire. En effet, même si le traitement médical est nécessaire, un suivi ostéopathique permet d’améliorer la mécanique et ainsi de favoriser la guérison.

7264523

En conclusion nous pouvons regrouper les maux de dos en deux catégories, les douleurs de type mécanique et celles de type inflammatoire. Il est important de bien faire la distinction entre les deux afin de savoir où consulter. Dans la plupart des cas la douleur est d’origine mécanique, l’ostéopathie représente alors un traitement efficace en première intention. Dans le cas de la douleur inflammatoire le traitement ostéopathique passe après le diagnostic et le traitement médical qu’elle vient compléter par la suite.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*